Les causes d’humidité

Les causes d’humidité

On novembre 10, 2016, Posted by , In Articles, With No Comments

A SAVOIR : Nous vous offrons votre diagnostic humidité gratuit réalisé par un expert,
pour toute réalisation de travaux effectués par nos soins !

Les pathologies

QUEL DIAGNOSTIC ?

diagnostic-humidite

L’humidité issue de la construction

Celle-ci provient de résidus d’eau de gâchage des mortiers ou d’une protection insuffisante aux intempéries durant le chantier.

L’humidité issue des murs contre terre

Cette humidité peut être empêchée par des enduits hydrofuges et des membranes étanches ainsi que par le drainage des pieds de fondations.

L’humidité ascensionnelle ou remontées capillaires

L’eau est absorbée par les matériaux poreux. La capillarité du matériau décrit la capacité de l’eau à progresser à l’intérieur du matériau par capillarité. diagnostic

Les infiltrations d’eau de pluie

Dans les régions septentrionales, lors de fortes pluies, et notamment les pluies battantes, un mur peut recevoir par seconde jusqu’à six litres d’eau par mètre carré de surface. Une partie de cette eau va ruisseler en surface, l’autre va être absorbée dans des quantités qui varient en fonction de la capillarité du matériau de parement, de la qualité de ses finitions (fissures et joints notamment). D’autre part, les bas de mur peuvent être atteints par les gouttes de pluie qui rebondissent sur le sol.

Les pluies battantes

Les pluies battantes forment un cas particulier d’exposition à la pluie, conjuguée à une exposition au vent. L’action de la pluie battante sur les bâtiments se répartit en plusieurs groupes de sollicitation qui vont décider du comportement particulier que devra avoir un crépi, hydrofuge ou hydrophobe ou de la composition particulière d’un mur, par l’interposition d’une coulisse ventilée dans l’épaisseur du mur, comme c’est le cas pour les murs creux1, technique adoptée en Belgique, en Allemagne, en Angleterre, en Écosse, aux Pays-Bas, dans les régions autour de la mer Baltique, ainsi que dans le Nord de la France à partir des années 30.

L’humidité ambiante des locaux

Cette humidité est naturellement présente dans l’air sous forme de vapeur d’eau. Cette humidité va être stockée dans les pores des matériaux hygroscopiques, tels le béton, le ciment ou le bois. Lorsque tous les pores sont remplis le matériau est saturé en eau. Lorsque les apports d’humidité dépassent la capacité de l’air à le contenir, une partie de cette humidité est amenée à se condenser. La ventilation permet de maintenir l’air à un taux d’humidité optimal (60 %) dit de confort hygrothermique. Cette humidité ambiante est particulièrement néfaste pour la conservation des collections.

L’humidité de condensation

À proximité d’un mur non isolé ou d’un pont thermique, côté intérieur du mur, la température chute brutalement et l’air pour cette température doit condenser une partie de la vapeur d’eau qu’il contient pour retourner à un état d’équilibre. Cette condensation se fait à la surface ou à l’intérieur du matériau. Par conséquent, une humidité ambiante trop importante conduit à ventiler les locaux.

L’humidité d’origine accidentelle

Éclaboussures provoquées par les pneus des voitures; Inondations, fuites de l’installation sanitaire, débordements de lavabo, défaillances des systèmes d’évacuation des eaux pluviales (couverture, sous-toiture, gouttières et descentes d’eau pluviale, complexe d’étanchéité des toitures plates, etc.), fuite du réseau local de distribution d’eau; talutage ou remblais contre les murs, au-dessus des barrières d’étanchéité horizontales.

Propriété physique des matériaux

Les matériaux forment un rempart plus ou moins efficace contre l’humidité. Par exemple, dans certaines constructions anciennes, le mur devait être suffisamment épais et suffisamment étanche pour qu’entre deux saisons successives de temps pluvieux, le mur ait le temps de sécher suffisamment pour qu’à aucun moment l’humidité du mur ne parvienne jusqu’à sa face intérieure. L’hygroscopicité d’un matériau décrit sa tendance à absorber l’humidité de l’air, par absorption ou par adsorption. La capillarité décrit les transferts d’humidité d’un matériau relativement à sa tension superficielle. La brique par exemple est capillaire mais pas hygroscopique.

Demandez votre diagnostic gratuit !

© Source : wikipedia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Content is protected !!